Bienvenue

Remonter 

  

 

Bienvenue  à Palestro ! 

Notre cimetière faisait  partie des regroupements des sépultures civiles françaises en Algérie figurant à l’article 1 de l’arrêté du 7/12/2004. J'espérais pouvoir intervenir dans cette entreprise qui me concernait directement ainsi que tous ceux dont un défunt y était inhumé.
Au de là de toutes les démarches auprès des administrations algériennes et françaises, j'avais pensé utiliser les ressources d' Internet pour réunir un certain nombre d'adhésions à mon projet, il n'y avait qu'un pas ..., mais il y avait loin de la coupe aux lèvres ou de mon écran aux autres ... , il ne suffisait pas d'y penser, il fallait le faire.  

Le 29 mai 2007,  un
internaute algérien compatissant envoyait ce courriel :
" j'ai constate aujourd'hui meme la déportation du cimetiere critien de lakhdaria, vers bouira, les agents qui soccupe de la tache mon dis quil ont extrait plus de 140 sculpture dont les 5 dernier on etait extrait aujordhui meme et on etait mis dans un camion, voila une stelle a etait monter ou on ma dis que son excellence l'ambasadeur de france va l'inogurer prochainnement...."
Le Consulat général de France à Alger confirmait que les travaux dits de "regroupement" du Cimetière de Palestro avaient bien été engagés, l
es Services techniques de la commune de Lakhdaria précisaient que ces travaux étaient achevés et qu'il avait été  quasi impossible d'identifier les tombes.
Les rouleaux compresseur des États étaient passés, sans même avoir vu ou entendu les principaux intéressés.  Personne n'avait daigné nous informer de l'évolution du transfert des restes mortels de nos parents, n'y nous permettre d'y assister. Non, cela a été fait à la sauvette, en cachette et sans aucune considération pour les descendants de ce millier de morts.

C'est vrai qu'il devenait honteux de voir chaque jour la dégradation de ce cimetière qui n'était plus qu'un lieu de débauche
Cela se faisait au vu et au su de tous.
Qu'ont fait nos gouvernants Algériens ou Français pendant 45 ans, de 1962 à 2007 ? Rien, au lieu de protéger l'endroit, il ont attendu que les dégradations soient telles que sa disparition devienne un soulagement.

Le 10 juillet 2007, une stèle était inaugurée au fond de ce qu'était notre cimetière, sous la présidence du Consul de France en Algérie, du Wali de Bouïra et de quelques autorités civiles ou religieuse.  Albert a été le seul descendant de ces cinq générations de parents, de ce millier d' hommes et de femmes qui ont construit Palestro, convié à cette cérémonie. Les restes mortels de nos parents ainsi que ceux des communes voisines ont été regroupés officiellement dans un "Ossuaire" à Bouira, un cube de béton à l'échelle de ce qu'il reste de nos racines algériennes, c'est à dire : Rien.

J' écrivais alors : nos valises n'étaient pas assez grandes pour ramener tous les trésors cachés dans ces malles magiques qui encombraient nos greniers poussiéreux où nous pouvions lire le journal de nos aïeux, mais qui possède aujourd'hui un  grenier, ils sont devenus  combles aménageables, éclairés au néon et protégés par du polystyrène. Souvenons nous de tous ceux qui ne sont pas revenus, essayons de les arracher de l'oubli, en parlant encore d'eux.

Merci à tous ceux qui ont permis de publier ces quelques pages sur le Web :
Notre cimetière où sont regroupées les informations concernant nos défunts,
Foire aux souvenirs  pour parler d'eux,
Album photos  par ce qu'une image vaut mieux qu'un long discours,
Le tambour d'Aksass  tout le monde s'en souvient : " A V I S S S ..." pour nous tenir informé,
Contact parce qu' Internet est un extraordinaire moyen de communication affranchi de toute frontière et qu'en plus de permettre certaines recherches et quelques fois certains rapprochements, tout échange est non seulement un encouragement mais aussi une ouverture vers l'autre.

Découvrir le  présent  a été réduit à la publication de liens connus vers des sites sur Lakhdaria et sa région (qui sont mieux placés pour cette actualité)  et à des extraits de presse relevés sur le Web pour ce qui concerne le terrorisme qui frappe toujours les pauvres habitants du nouveau Palestro.

En entreprenant ce site, je n'avais guère d'espoir sur l'issue fatale réservée à nos disparus mais je ne pouvais pas m'y résigner. S'il n'a pu infléchir le cours des événements, il nous a cependant permis, de découvrir l'immense tragédie qui sévit sur cette région depuis 1992, de nous réjouir des liens qu'il a permis de renouer et de l'intérêt suscité pour cette partie de l'histoire que nous partageons.

bullet

- un habitant de Lakhdaria nous a adressé ce message :
"... avec la destruction du cimetière chrétien, Lakhdaria a fini de faire disparaître tous les sites de son histoire coloniale, il ne subsiste plus que quelques maisons éparses, je regrette de voir nos autorités verser dans la désolation, au lieu de penser à la construction et à la culture de ses citoyens, ce comportement est indigne de l'islam et ne reflète aucunement notre culture ..." et il poursuivait :
"... ma déception est encore plus grande quand je pense au sort réservé aux pionniers de la ville de Palestro, ces hommes et ces femmes qui ont du travailler durement pour construire notre ville, et dont je salue au passage le courage et l'ingéniosité même si nous avons été a un moment donné des ennemis."

Merci de votre compassion et si vous permettez de votre déception, nous ferons leur épitaphe.
 

bullet

 - une internaute née dans un village voisin, ce qui suit :
" Vos morts (paix à leur âme) ne sont pas au milieu des cyprès. Ils SONT les cyprès...
Je comprend votre peine, cette tristesse mêlée d'une juste colère : tant de gâchis, de vies broyées des deux côtés, pour quel résultat ? Mais il ne faut pas perdre espoir et continuer comme vous le faites si bien à travers votre site, ou même à travers cet email que je suis en train de vous écrire, à faire résistance à la barbarie et au cynisme de certains gouvernements vis-à-vis même de leurs citoyens ..., continuons à semer des traces d'humanité et de paix, chacun à notre façon, avec parfois de toutes petites choses, de minuscules riens mais l'océan n'est-t-il pas fait de toutes petites gouttes d'eau ? Il faut juste que quelqu'un commence "
 

bullet

- et tous ces autres échanges qui sont publiés dans "Contact" et que je ne peux pas énumérés tous. Je pense à cet ancien soldat de la pacification qui demandait : "... reprenez votre clavier, il faut garder vivant ce lien des deux cotés de la méditerranée car il existe des hommes de bonne volonté de part et d'autre et vous en êtes.


Alors, comme quand nous allions au verger croquer un fruit à pleines dents, parce que ça ne s'oublie pas, regardons le ciel à travers les feuilles et donnons nous rendez-vous à "Souvenirs de Palestro"


Meilleures pensées et amical souvenir.                             Louis Keller